Rappelez-vous dans l’épisode précédent, nous nous étions arrêtés à Flagstaff, l’un de mes coups de cœur du voyage pour son calme, sa nature environnante et l’esprit petite ville américaine telle que je me les représentais (et représente toujours).
Dans ce troisième et avant-dernier volet de notre périple, je vais vous conter mes joies – et déceptions – lors de nos passages dans trois des grands parcs de l’Ouest, Grand Canyon, Zion et enfin Yosémite.

 

C’est bizarre d’écrire cela au sujet de ces parcs grandioses (sans doute que l’année écoulée après ce voyage y est pour beaucoup) mais cette partie du voyage ne fut pas mon souvenir favori. Quand nous y étions, j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir encore une fois une nature extraordinaire par sa taille, mais une fois le séjour fini, j’ai eu le sentiment d’être resté un peu sur ma faim.
Je vais essayé de retracer pour chacun des trois ce que j’ai aimé et moins aimé, voire ce qui m’a déçu.

* En fin d’article, j’ai réuni toutes les informations pratiques générales pour la visite des parcs.

.

Grand Canyon

Ce parc est hors-norme à bien des égards. Et c’est bien la première sensation quand on y arrive par les hauts. À notre arrivée le premier jour, nous avons opté pour un trail qui longeait sur plusieurs kilomètres la vallée. Une fois quelques centaines de mètres, nous avons réussi à semer les hordes de touristes qui gênent la vue mais surtout la beauté des lieux par leur bruit et bêtise incessants. Ce fut le premier point négatif, qui d’ailleurs est commun aux deux autres parcs visités.

Néanmoins, la beauté époustouflante du lieu (mes photos ne lui font clairement pas honneur) nous a complètement subjugué. C’est sans doute l’un des lieux prévu dans notre roadtrip pour lequel nous avons nous tous le plus de représentations en tête, j’avais dès lors imaginé que je ne serai pas surprise à sa vue. Et pourtant, le spectacle est bien hors-norme ! Sans doute le plus fou du séjour d’ailleurs…

 

Le lendemain, nous nous sommes équipés pour une rando de quelques heures. Au départ nous avions prévu un Trail de 5 heures, au final ce fut 8 ! Heureusement que les sentiers sont rythmés par des points d’eau réguliers… Ce n’est néanmoins pas une raison pour pas partir équipés. D’ailleurs, des rangers sont présents pour s’en assurer, tout comme que votre choix de parcours est en adéquation avec votre condition physique.

En tout cas, après une première demi-heure de descente – couplée à l’heure très matinale, nous étions plus que quelques personnes sur le chemin. Rien pour que cela, ça vaut le détour, cela permet de se plonger véritablement dans la force du lieu.

 

Enfin, l’une des très belles surprises de ce parc, fut la rencontre avec les cerfs. Ils sont présents partout, au plus proche des gens. L’accès principal nord du Grand Canyon est très fréquenté alors qu’il s’agit de leur territoire, les rencontres sont donc inévitables. Bien entendu, nous humains, sommes sensés les perturber le moins possible, en ne s’en approchant pas par exemple. Je vous laisse deviner… Certains touristes ne respectent pas du tout les consignes, se prenant même en selfie avec eux… Au grand désespoir des rangers ! 🙁

De notre côté, nous avons eu la visite matinale d’un jeune mâle lors de notre premier petit déjeuner sur place. Et avons aussi fait la connaissance de celui-ci, qui venait s’abreuvoir directement à la source humaine, au tuyau d’eau à disposition à l’entrée du camping ! Il nous a bien fait marrer !!

 

INFOS PRATIQUES
Mather Campground Dunes – Camping national des reserves naturelles. Réservation conseillée.
Tarif d’entrée du Parc – 35$ par véhicule, quelque soit le nombre de personnes à l’intérieur. Les droits d’admission incluent la rive sud et la rive nord. Le ticket d’entrée est valable 7 jours pour le véhicule.
➜ Si comme nous moi, vous rêviez de faire le Grand Canyon à cheval tel un cow-boy, prenez-y vous à l’avance, il y a un an de délai pour réserver la descente en mules, et uniquement pour ceux qui réservent la nuit en cabane. Rien que pour ça, j’y retournerai un jour !

 

///////////////////////////

 

Zion Park

Zion n’a rien à voir avec Grand Canyon. Plus petit en taille, il est plus familial, car plus accessible en termes de difficultés de randonnées (sauf une partie, mais on y reviendra…).
Autre différence, Grand Canyon est particulièrement sec, alors que Zion – grâce au fleuve Virgin qui parcourt la vallée – est bien plus vert ce qui me semble-t-il est propice à mettre en valeur la magnifique roche rouge et blanche ! C’était d’autant plus agréable que partout ailleurs sur notre passage tout était sec, du fait de la période.

 

Malgré notre visite du Grand Canyon juste avant, j’ai néanmoins été éblouie par l’immensité des lieux. Certes le GC est colossal, mais autant en verticalité qu’en surface. Alors qu’ici les dénivelés sont abruptes, cela décuple réellement son gigantisme ! On se sent bien minuscule quand nous y sommes, comme ces bus tout en bas… Comment ça vous les voyez pas ?! 🧐

  

 

Côté trail, si la majeure partie des sentiers est relativement facile et accessible au plus grand nombre, d’autres sont bien plus durs, comme le Angels trail. Au départ plutôt aisé, le second tiers se corse, et nous y avons rencontré quelques difficultés, comme des passages étroits avec juste comme sécurité une chaîne pour s’agripper. Mais le dernier tiers est carrément vertigineux, comme on peut le voir dans la photo juste en-dessous. Le chemin est très raide (c’est le moins que l’on puisse dire), sans quoi que ce soit auquel se cramponner ! 😰
On a préféré laisser tomber, la gestion de mon vertige a connu ses propres limites.. 😞

 

Si au départ, nous avons été quelque peu déçus, notamment encore une fois à cause du très grand nombre de touristes, finalement je garde un plutôt bon souvenir du site. Bon hormis le camping. Celui du parc lui-même (tout petit si je me souviens bien) étant plein lors de nos réservations, nous nous sommes rabattus sur un lieu extérieur pour RV. Par conséquent nous nous sommes retrouvés coincés entre deux énormes bus-camping car, qui fonctionnaient au générateur… Je vous laisse imaginer !

Tarif d’entrée du Parc – 35$ par véhicule, quelque soit le nombre de personnes à l’intérieur.

 

///////////////////////////

 

Yosémite

Yosémite est MA grande déception, malgré la beauté du lieu. J’avais fantasmé ce moment, je m’étais fait toute une liste d’images – des pins, des lacs, de la brume, de la solitude et des ours – et aucune ne s’est présentée durant notre périple. Nada. Pour plusieurs raisons :
1. la foule de touristes, comme partout. Encore plus indisciplinés qu’ailleurs… #lesgenssontrelous
2. la période, bien plus chaude que je l’avais imaginé. Donc pas de brume.
3. les feux précédents qui ont ravagé toute une partie du parc, et abîmé le spectacle.

Mais surtout, l’emplacement de notre site pour la nuit, au sud-ouest du parc, trop éloigné des plus beaux sentiers de randonnées plutôt au Nord. Le parc est immense, alors en cette période très fréquenté, quand nous sommes arrivés par le Nord-Est, nous avons eu 2h de bouchon ne serait-ce que pour rejoindre notre camping à l’opposé… Le lendemain matin, nous n’avons pas eu envie de faire le chemin en sens inverse pour accéder à une randonnée plus appropriée à nos attentes. Nous avons donc choisi un trail proche, qui étant plus accessible était évidemment blindé. On devait même attendre de pouvoir passer à certains passages…. Ça a clairement gâché le plaisir.

 

Toutefois, les images parlent d’elles-mêmes, ce parc regorge de beautés. Pour mieux en profiter que nous, quelques conseils qui découlent de notre expérience :
1. Éviter d’y aller le week-end et en période de congés. Yosémite étant l’un des parcs les plus proches de San Francisco, les américains aiment en profiter dès qu’ils peuvent. Nous y étions en week-end. Je pense que la prochaine fois, si prochaine fois il y a, je privilégierai plus amont dans la saison, au printemps sans doute.
2. Réservez très tôt votre camping pour pouvoir être proche des sentiers que vous souhaitez faire afin d’éviter les bouchons à l’intérieur du parc. Nous avons réservé tous nos campings à quasi 6 mois du départ et cela n’a pas suffit. Soyez prévoyants !

  

  

 

 

///////////////////////////

 

Les infos pratiques générales

L’accès aux parcs

L’entrée de tous les parcs est payante. Soit en one shot – 35$ par parc -, soit grâce au Pass America the Beautiful pour le prix de 80$.
Ce pass est rentable donc dès lors que l’on prévoit de visiter plus de deux parcs, dans l’année. En effet, il est valable pour une voiture de 4 personnes (ou deux motos) pour une année entière et permet un accès illimité sur cette période à tous les parcs nationaux des États-Unis.
Vous pouvez vous le procurer lors de votre entrée dans le premier parc visité. Nul besoin de l’acheter en avance !

 

Les campings

Dans les parcs et réserves naturelles, tout comme sur une grande partie de la côte, il est interdit de stationner en van la nuit où l’on veut. Il est obligatoire de s’installer sur des aires de campings. Cette réglementation est en partie pour éviter au maximum les feux de forêts.
Soyez sympa avec la Nature, respectez les consignes ! D’autant que les campings des parcs nationaux sont vraiment hyper natures, cela ne gâchera pas pour autant vos envies d’aventures brutes.

Par ailleurs, comme vous avez pu le lire précédemment, il est plus que nécessaire de réserver en amont les emplacements de campings, surtout en van ou camping cars. Si possible, n’hésitez pas à le faire 6 mois en avance au minimum.
Surtout, si comme nous, vous souhaitez privilégier les campings des parcs nationaux eux-mêmes. Leur proximité au coeur des Parcs, leur tarif plus que raisonnable, les rendent très populaires, ils sont pris d’assauts. Une seule adresse pour réserver : recreation.gov !!

 

Les animaux

Dans tous les parcs, la faune est omniprésente. Si je décide de consacrer un paragraphe entière à cette dernière, c’est que notre comportement vis-à-vis d’eux est primordial pour leur bien-être. Et malheureusement, compte-tenu de l’attitude des touristes croisés, il semblerait que tout le monde n’en soit pas conscient…

Nourrir les animaux de chips et bout de sandwich ont plusieurs conséquences dramatiques. Évidemment à votre échelle, cela vous semble bien ridicule, et pourtant si vous le faîtes, dîtes-vous que des milliers le font aussi. Au point de modifier le comportement de certains animaux, comme les écureuils par exemple qui ne cherchent plus vraiment à se nourrir par eux-même dans certaines zones, mais se contentent de ceux qu’on leur donne.

Plusieurs conséquences :
1. Que vont-ils apprendre à leurs petits pour se nourrir ?
2. Si les chips vous font grossier, vous êtres vivants de 60kg à peu près, imaginez ce régime sur une toute petite bestiole comme un écureuil. On l’a constaté par nous-même, ceux croisés sur noter route étaient bien dodus…

Concernant les cerfs du Grand Canyon, leur sort peut être encore plus funeste. Lorsqu’à force de les approcher de trop près, ces derniers notamment en période des amours se montrent agressifs et chargent les imbéciles qui s’approchent trop près, les bêtes en question sont abattus par les rangers pour éviter que cela se reproduise. Si, le selfie tue, ici ce sont les cerfs que cela tue…

 

Rendez-vous sur Hellocoton !